Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

Le blog de Didier Guillot

Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

Polémique sur les roms, suite et fin

com

Avant d'entrer dans le vif du sujet, 2 remarques liminaires : 

1/ Je ne crois pas que ce soit le débat le plus important dans la vie quotidienne des français et des parisiens. Nous sommes 65 millions et les ROMS sont entre 15 et 20 000 transitant dans un nombre restreint d’agglomérations, essentiellement parisiennes, lyonnaise, marseillaise, lilloise et nantaise. Je ne crois pas que les élections municipales se joueront uniquement sur cette question qui reste très périphérique.

2/ Une frange non négligeable du PS a systématiquement besoin d’avoir des boucs émissaires qui ne seraient pas dans le « socialisticement correct » au sein de ses dirigeants. Michel Rocard pendant longtemps. Puis Laurent Fabius, ce "salaud" qui voulait américaniser le PS en parti de sympathisants. DSK était le social libéral en puissance. Bertrand Delanoë est tombé pour avoir osé employer le mot social-libéral. Quant à Ségolène Royal, elle restera la madone des adhérents à 20€ qui sont venus troubler nos si subtils équilibres internes.

François Hollande est élu 24 ans après la dernière victoire présidentielle et met en place une belle équipe qui a tout pour retrouver les chemins de la confiance. Tous les ingrédients de la dream team sont réunis. Et bien non, il faut chercher l’hérétique. Bingo, ce sera Manuel Valls. On a un ministre populaire et apprécié, on ne va quand même pas laisser faire !

Ce gouvernement se présentera dans sa globalité devant les électeurs en 2017 et faire le tri entre les bons et les mauvais est inutile contreproductif. Je n'oppose pas Moscovici et Cazeneuve à Hamon et Montebourg et je n'oppose pas non plus Valls à Taubira. Il n'y a qu'une seule politique, celle voulue par le président et mise en oeuvre par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. 

Venons-en au fond. Oui Manuel Valls est allé un peu loin dans ses propos. Il aurait pu être plus nuancé, plus subtil. Je remarque pourtant qu’il y a un profond décalage entre ce qu’ont perçu les français et nos électeurs, et la façon très morale dont nous le vivons en interne, à l’instar de nos échanges la liste de diffusion de la section JBC.

Je désapprouve la porte d’entrée victimaire dans notre rapport à cette population. D'abord parce que la culture de l’excuse laisse le champ libre à la droite et l’extrême droite chez ceux qui auraient toutes les raisons de se retrouver dans la gauche sur les questions sociales et économiques. Ensuite parce que si la majorité de ces populations est le jouet des mafias et chefs de clans, la délinquance qu'elle entraîne pénalise l'ensemble de nos concitoyens. Si les conditions de vie inacceptables des populations Roms doivent être dénoncées et traitées, les désagréments subis par ceux qui vivent aux abords des camps, qui sont volés ou agressés ne doivent pas non plus être tus ou ignorés. Le déni n’a jamais servi aucune cause politique.

Défendre les droits de l’homme est une belle œuvre si l'on n’oublie pas que la sûreté, l’intégrité du corps et la propriété y occupent une place importante. Les droits de l’homme ce n’est pas une belle déclaration dans laquelle on devrait picorer, dans laquelle on prendrait à gauche (la résistance à l’oppression, la liberté d’expression) et dans laquelle on laisserait le reste (le droit à la sûreté, à la propriété). Et la protection de l’enfance est sans doute l’une des plus belles avancées de ces droits de l’homme. Or, dans le débat posé maladroitement par Manuel Valls, il y a effectivement une vraie question soulevée par tous les élus locaux confrontés à ces situations.

Devons-nous accepter un mode de vie qui consiste à squatter, piller et saccager, le tout organisé sur un modèle économique d’essence mafieuse où quelques hommes vont envoyer les femmes se prostituer et les enfants mendier. Et même l’économie circulaire de la revente des métaux, qui pourrait presque apparaître comme écologique, est en réalité dévoyée. Bien souvent les métaux revendus quelques centimes (je peux vous donner l’adresse du centre de traitement de ces métaux devant laquelle stagne une file ininterrompue de camionnettes venues de toute l’Ile de France, c’est précisément sur le site du futur pôle universitaire Condorcet à Aubervilliers) ne sont pas trouvés sur la voie publique. Il arrive que des caténaires soient arrachées. Et tuyauteries comme équipements électriques en parfait état sur des biens publics se retrouvent ainsi détruits pour quelques centimes. De l’autre côté ce sont des coûts de réparation qui se chiffrent parfois en millions d’euros pour la RATP et la SNCF. Et à Paris, les chiffres de la préfecture de Police depuis plusieurs années montrent que plus de 70% des faits de délinquance sont le fait des populations en errance. Par ailleurs le coût pour le contribuable parisien du traitement de l’enfance en errance est considérable. Nous devons l’assumer mais chacun doit avoir conscience de son coût pour la collectivité.

Alors non, je ne vois nulle trace d’humanité dans ces camps ignobles et sordides où des enfants boivent l’eau des flaques au milieu des rats. Je vous recommande la traversée du camp situé entre la porte de la Chapelle et la porte d’Aubervilliers dans le 18ème précisément sur le site dit de la Gare des Mines. Je ne vois nulle trace d’humanité dans des mafias qui, pour se construire de sublimes villas au bord de la mer noire, trouvent normal de mettre les femmes à tapiner dans la rue, les enfants à faire les poches des usagers du métro, et à proposer aux femmes et enfants de s’en prendre aux touristes.

Le racket, la mafia, la délinquance, la prédation, la destruction et la prostitution ne sont pas les modes de relations humaines qui me paraissent être la source même de l’idéal socialiste. C’est même précisément tout le contraire parce qu’à travers ces schémas du plus profond archaïsme, se cachent toutes les formes de domination, à commencer par le sexisme, contre lesquels doit se battre tout militant de notre parti.

Alors après un constat aussi noir, que faire ? Je note d’ailleurs que notre ministre du logement et de la métropole parisienne, après avoir donné une belle leçon de morale à notre ministre « droitier », n’a pas émis une idée pour reloger décemment ces créateurs de nouveaux bidonvilles au cœur des métropoles les plus riches. Oui les mairies et les acteurs publics doivent tout faire, et c’est ce que la Ville de Paris fait, pour chercher à insérer ces populations en errance et cela commence avant tout par la scolarisation parce que au cœur de ce désastre humain, il y a d’abord l’analphabétisme. Au passage des militants se sont extasiés devant la dignité du texte du parlementaire communiste Lefort pour flinguer Valls. Mais cet ancien parlementaire fait partie de ceux qui ont soutenu pendant près de 50 ans un régime totalitaire, celui de Ceaucescu, régime qui a pris soin de maintenir dans le plus total dénuement et la plus profonde ignorance ces populations qui aujourd’hui nomadisent en Europe. Alors ses leçons de dignité il peut les garder parce que l’histoire ne nous rendra jamais amnésique. Nous devons poser des actes pour proposer de vrais emplois et de vrais logements afin de sortir par la dignité de cette horreur absolue.

De grâce cessons de nous cacher derrière nos petits doigts, nos belles âmes et nos beaux principes. Traitons les questions de trouble à l’ordre public, à l’insécurité, à l’insalubrité. Et que tous ceux qui nous inondent de leur belle littérature sur le sujet se demandent combien de temps ils accepteraient de cohabiter avec cette réalité en bas de chez eux. Parce qu’au passage ce sont les habitants des quartiers les plus déshérités qui se coltinent cette cohabitation. Je connais bien le camp de la gare de Mines pour l’avoir traversé plusieurs fois. Je n’ai pas encore vu le camp de l’avenue Caulaincourt, ni celui de l’avenue Junot.

Alors pour conclure, la seule politique digne et intelligente est celle qui est inscrite noir sur blanc dans la circulaire d’août 2012, à savoir la fermeté et l’humanité. Je rejoins un constat fait par Dominique Voynet. Si chacun prend sa part du fardeau, nous pourrons avancer mais l’intégration ne se décrète pas à coup de beaux textes et de belles déclarations.

 

 

 

 

Print
Repost

Commenter cet article

Le Garrec 08/10/2013 17:01

Comme demandé et essayé...depuis longtemps, Faire en sorte que ce discours soit entendu! Il est vrai que l'on peut aussi présenter le flanc...car il faudra répondre à des questions! sur nos
imperfections.