Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

Le blog de Didier Guillot

Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

La force tranquille de François Hollande, primaires impressions...

com

 

Nous sommes à 4 semaines du 1er tour et je l’espère unique tour des primaires citoyennes. Ces primaires voulues par les militants se sont très bien déroulées jusqu’à maintenant, même si des logiques d’autodestruction si pénibles dans notre cher parti semblent à nouveau se faire jour. Je veux ici donner mes premières impressions sur cette primaire inédite autour de la campagne de François Hollande.

 

1° Des choix réversibles et compatibles.

 

La première chose qui me frappe et qui nous éloigne de la logique de la précédente primaire, c’est le nombre de militants, de sympathisants et d’électeurs qui considèrent que le choix entre Martine Aubry et François Hollande est un choix difficile mais un choix au fond réversible. La plupart de ceux qui disent vouloir voter pour l’un, n’auront guère de difficultés à se retrouver sur l’autre. C’est plutôt bon signe sur les rassemblements futurs et cela montre que l’ère du Tout sauf ou du Rien que est derrière nous. Ce choix est d’ailleurs tellement compliqué pour beaucoup de nos militants appréciant et l’un et l’autre que beaucoup d’entre eux préfèrent se réfugier dans une campagne pour les primaires et non pour un ou une candidate. Ces militants doivent être respectés, ils nous montrent tout simplement que le 17 octobre le rassemblement sera impératif et naturel. De là découle sans doute le fait qu’à La Rochelle, le climat était très zen entre les militants et bien plus qu’il ne le fut notamment en 2006 à la veille de la précédente primaire ou encore en 2008 à la veille du congrès de Reims. Dans notre section, la « délégation JBC » a passé beaucoup de temps ensemble, au gite ou au resto et le climat était particulièrement détendu et ouvert. Il n’en reste pas moins que pour ceux qui étaient à La Rochelle, nombre de militants qui ont « fait leur marché » en allant écouter tous les candidats sont ressortis de ces 3 jours en basculant et le plus souvent du côté de François Hollande.

 

2° La belle campagne des « petits candidats ».

 

Avant de revenir sur la campagne de François Hollande, je veux ici saluer la qualité des campagnes menées par Arnaud Montebourg et Manuel Valls. Ces campagnes sont des campagnes ou le fond prime sur tout le reste et je suis très optimiste car ces 2 talents seront indispensables aux victoires de demain et d’après demain. Leur engagement et leur détermination donne tout son lustre à cette primaire qui est bien un processus gagnant gagnant qui tire tout le monde ou presque par le haut.

 

3° La triple dynamique de François Hollande.

 

La dymanique de François Hollande est portée par 3 éléments très forts :

 

·      Une détermination qui remonte à loin. François Hollande est entré très tôt dans un rapport direct avec les Français en étant dans une logique d’écoute et de propositions. Sa candidature ne dépendait d’aucune autre et a été annoncée suffisamment en amont pour qu’elle paraisse totalement naturelle. Il a montré depuis longtemps son envie, son envie d’avoir envie, cette envie qui est indispensable pour donner envie.


·      Une cohérence politique très forte. Le rassemblement qui s’est opéré autour de François Hollande a une vraie cohérence de fond. C’est le rassemblement des vrais réformistes et des sociaux démocrates. Le rassemblement de ceux qui croient encore à l’idée européenne. Il n’y a ni carpes ni lapins autour de François Hollande mais une vraie convergence sur le rapport au politique, à la vérité, au concret, au pragmatisme et même au volontarisme. Cette convergence est une force et cette force permettra ensuite de rassembler plus largement dans la clarté. Il n’y a ni petits arrangements entre amis, ni alliances contre nature, ni additions suspectes et encore moins compromis boiteux post congrès. Cette cohérence n’est pas seulement celle d’une équipe qui rassemble le meilleur du Parti Socialiste. Il ne manque d’ailleurs que Bertrand Delanoë dans ce spectre pour que ce rassemblement aille au bout de cette cohérence. Ce sera la seule fausse note et mon incompréhension et ma déception quant aux motivations de son choix restent immenses. La démarche initiée par François Hollande est tellement proche de ce que nous pouvions lire dans l'ex Motion A "Courage, clarté, créativité" et même dans le livre de Bertrand Delanoë "L'Audace". D'ailleurs cette cohérence est aussi celle du discours et du positionnement. Etre rigoureux et dire la vérité sur la situation des finances publiques est la meilleure façon d’envisager les priorités à définir et celle sur la jeunesse et l’éducation me paraît une évidence. Le programme du PS était un patchwork de mesures censées nous donner réponse à tout sur tous les sujets comme le ferait une copie d’un étudiant de l’ENA. Il n’a ni hiérarchie, ni arrêtes, ni mesures clefs. François Hollande lui a donné et le relief et les limites nécessaires.


·      Le respect comme moteur du rassemblement. Je vous renvoie à mon article précédent sur la façon dont François Hollande incarne le respect http://www.didier-guillot.info/article-apres-10-ans-de-sarkozysme-la-france-a-besoin-d-un-candidat-qui-incarne-le-respect-77198559.html mais le constat peut être limpide aujourd’hui. Nous sommes aux 2 tiers de la primaire. Pas une seule fois François Hollande n’a attaqué aucun de ses concurrents. Il a respecté à la lettre la charte et la déontologie de ces primaires. Et les militants comme les sympathisants lui seront gré de ce haut niveau de responsabilité. Il n’est jamais tombé dans les basses manœuvres, dans les petites provocations à 2 balles alors que la réciproque est loin d’être valable. Il met en évidence à quel point il est le candidat au dessus de la mêlée. Le comportement de Martine Aubry et de Ségolène Royal est à cet égard non seulement une faute mais il est en plus parfaitement incompréhensible. Martine Aubry a beaucoup pris sur elle pour essayer d’incarner l’unité et le rassemblement, ce qui s’est traduit in fine par le vote à l’unanimité du programme. Après ces 3 années d’effort, pourquoi se vautrer dans la fosse aux lions en ouvrant la Rochelle par des attaques aussi violentes qu’injustes à l’égard de son prédécesseur ? La Rochelle aurait pu être tremplin incroyable pour Martine Aubry. Au lieu de s’envoler, elle a choisi de s’enfoncer et il est vrai que les tirs de ses snippers embusqués, les Fabius, Cambadélis et consorts contribuent chaque jour à lui mettre en lambeaux sa jolie tunique de rassembleuse qu’elle s’était patiemment tissée. Peut-être un jour réalisera t’elle que ces sbires n’ont rien construit de positif depuis bien longtemps mais que leur talent politique n’est utilisé que pour flinguer, détruire, affaiblir, tout ce dont nos électeurs, comme nos militants ne veulent plus entendre parler. D’ailleurs pour ce qui est de la pitié, le responsable local que je suis a pu mesurer combien notre parti a effectivement fait pitié au cours de ces 3 dernières années avec des AG désertées et des militants totalement démobilisés. Pour l’anecdote, quand j’ai retrouvé une quinzaine de militants distribuant pour la campagne de François Hollande un samedi matin au marché du poteau, je me suis fait la réflexion que nous n’avions pas une seule fois été aussi nombreux sur le terrain au cours de ces 3 dernières années. Mobilisation annonçant le très beau succès de la soirée au Trianon ou tant de sympathisants n'ont pu entrer ! Quant à Ségolène Royal, ses sorties, outre qu’elles sont d’une indécence rare, sont totalement décalées là aussi par rapport à tout ce qu’elle avait tenté de se construire comme personnage public. Rappelez vous ces exhortations à la "fraternité", ses envolées christiques sur « aimez vous les uns les autres ». Ses appels à la responsabilité et ses interviews innombrables commençant par « vous ne me ferez pas dire du mal des autres… ». En 2006, quant elle était la favorite des sondages (les sondages ne lui posaient alors aucun problème…), elle passait son temps à expliquer qu’il fallait la protéger et que les attaques de ses adversaires étaient scandaleuses parce qu’elles pourraient être reprises ensuite par la droite, ce qui fut d’ailleurs fait. Elle a été « payée » pour voir ce que donne ce genre de comportement. Elle a pu mesurer combien chaque attaque de Fabius et DSK portée contre elle dans la primaire cru 2006 n’ont fait que la renforcer chaque jour un peu plus, au point de la faire désigner dès la premier tour. Nous sommes en droit de nous demander quel mouche a piqué Madame Royal et si la tentation de la terre brûlée n’est pas en train de la motiver ? Il ne faudrait pas que Ségolène Royal termine son parcours politique étonnant comme l’a fait un certain Jean-Pierre Chevenement qui choisit de faire perdre son camps en sombrant dans un populisme plus que border line. Je précsie d’ailleurs que je trouve ses attaques à l’égard de Martine Aubry tout aussi dégradantes et indécentes. Parce que Ségolène Royal n’a pas toujours gagné les élections, de Niort à la dernière présidentielle… A ce sujet, je vous renvoie à l'excellent papier de Romain Pigenel publié sur son blog http://www.variae.com/primaires-la-tentation-de-la-terre-brulee

En n’attaquant aucun de ses concurrents, en se mettant au dessus de la mêlée, François Hollande n’apparaît certes pas comme indigné, mais il est en tout cas le plus digne des candidats. Le plus digne d’être le candidat qui rassemblera les socialistes, puis la gauche et au final la France.

 

Tous les observateurs qui ont assisté aux meetings et interventions de François Hollande sont frappés par le mimetisme et la gestuelle proche de celle de François Mitterrand. Il y a bien une vraie force tranquille dans cette candidature et ce calme, cette sérénité, cette détermination et cette clarté seront les atouts essentiels pour vaincre celui qu’il faut déloger à tout prix de l’élysée. Ne sous estimons pas notre adversaire et choisissons le meilleur pour le battre. Alors le 9 octobre, faisons gagner la gauche pour faire gagner la France le 6 mai autour de François Hollande.

Print
Repost

Commenter cet article

Gilles 15/09/2011 00:23


Vu.


aubert 14/09/2011 16:04


J'ai bien reçu le message mais je me méfie des mails reçus par l'intermédiaire du net (cf sécurité) et je suis toujours gênée par une bande de tordus et ce depuis fin juillet 1997; De plus ils ont
collaboré avec le Fn and co ; donc je suis obligée de limiter mes sorties et déplacements. Bises


André Guidi 13/09/2011 16:50


M. l'Adjoint au Maire,

votre billet allie clarté et sens de la persuasion.

Bien fidèlement.

André Guidi