Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

Le blog de Didier Guillot

Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

François Hollande ou le retour de la dignité en politique

com

Bonjour,

Comme disent les sportifs, c'est le sprint final, la dernière ligne droite. Dans la dernière ligne droite si on accélère trop on peut risquer le claquage ou la sortie de route. Et bien nous y voici. Cette campagne de second tour révèle les personnalités de la façon la plus crue, la plus nette.
Avant de répondre au torrent d'insultes, je veux dire ici combien il y a longtemps que je n'avais pas autant pris mon pied dans une campagne interne du PS. Mon pied politique bien sûr car le rassemblement qui s'est opéré autour de François Hollande est à quelques détails près, celui que j'attendais de mes voeux depuis bien longtemps. Au delà de la cohérence "idéologique", il y a bien eu une façon très particulière de mener campagne et ce qu'a donner à voir François Hollande et ceux qui l'ont entouré dans cette campagne fait honneur à la politique. Moi qui suis déjà un vieux militant (23 ans de parti !), cela me rappelle mes années à frayer dans le courant rocardien, mais aussi les belles années 90 autour de Jospin. Faire de la politique en utilisant le mode positif. En essayant de montrer qu'on est meilleur que l'autre sans avoir nul besoin de dénigrer ou de rabaisser l'autre. Cette primaire a été une belle primaire et je l'ai dit à de très nombreuses reprises depuis 6 mois, tous les candidats ont fait une très belle campagne à une exception près parce qu'ils ont su élever le débat et se mettre à la hauteur de l'enjeu. De ce point de vue, les campagnes de Manuel Valls et Arnaud Montebourg ont été de vraies révélations. François Hollande a su élever le débat comme peu de dirigeants socialistes l'avaient fait avant lui. Jamais une petite phrase. Jamais une attaque. Mon premier congrès du PS auquel j'ai assisté était le sinistre congrès de Rennes, le grand frère de Reims. A la clôture de ce congrès le représentant du courant rocardien, Gérard Lindeperg qui deviendra n°2 plus tard et avec qui j'ai eu plaisir à travailler, a eu cette conclusion : dans les débats d'idées démocratiques, on emploi des arguments qu'on oppose les uns aux autres et on cherche à convaincre. Quand on se limite aux débats de personne, on cherche alors à dénigrer, à rabaisser, à blesser.

Et bien effectivement François Hollande a su poser les termes du débats, donner ses priorités, ses axes de campagnes, dans la fermeté et la clarté. Et n'a jamais eu besoin de rabaisser ses 5 puis son unique concurrente. Et non seulement il ne l'a pas fait, mais je dois avouer que j'ai également été impressionné par la façon dont ses partisans ont eux aussi été dans le respect. Je me souviens du meeting du Trianon ou celui du Bataclan où François Hollande, Daniel Vaillant ou moi même n'ont eu aucune difficulté à faire applaudir ceux qui faisaient campagne pour Martine Aubry à Paris, Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo ou encore Rémi Féraud. Un tel climat est un bien précieux. Mais un bien rare.  

 

Un bien rare parce que pendant que François Hollande a concentré toutes ses flèches sur Nicolas Sarkozy, sa concurrente elle concentrait les siennes sur François Hollande.

 

La semaine dernière ses partisans terminait la campagne avec des attaques insidieuses, odieuses et déplacées sur Hadopi ou encore le mariage gay. Cette semaine, Martine Aubry ne délègue même plus ses attaques, elle cogne, cogne et re cogne. Et chaque jour elle descend d'un cran dans l'ignominie. Ce matin, dans 20 minutes on a droit au vocabulaire de Marine Le Pen sur le candidat du système. Quand on a été premier secrétaire du parti, en faisant d'ailleurs des synthèses "dures" et que l'on a passé 3 ans à vanter l'unité, une telle attitude est plus qu'incompréhensible. Elle est purement et simplement irresponsable. Irresponsable parce que la droite comme les autres partis de gauche auront beau jeu de ressortir ces attaques pour dézinguer celui qui a le plus de chances d'être élu dimanche. Irresponsable parce que pour nombre de militants et sympathisants, la différence entre Martine Aubry et François Hollande n'était pas insurmontable. J'ai même envie de dire ils peuvent paraitre à bien des égard interchangeables. Or Martine Aubry est en train de dresser de manière irrémédiable ses soutiens pour les dégouter de s'engager ensuite derrière François Hollande. Et par ailleurs en pratiquant l'insulte gratuite, la haine, la méchanceté, l'aigreur et le mépris absolu, elle dégoutera encore plus ceux qui ont soutenu François Hollande de faire sa campagne ensuite. Pour ma part j'ai toujours dit (et je l'ai d'ailleurs toujours fait dans toute ma vie militante) que je soutiendrai à 200% le candidat quel qu'il soit. Je vous avoue que je peux faire campagne pour des responsables socialistes qui n'ont pas les même idées, les mêmes parcours et les mêmes positions. Je serai nettement moins motivé après un tel torrent d'insultes. Et je le dis très nettement. J'ai honte pour ces socialistes sincères qui ont toujours défendu des idées et une façon de faire de la politique et qui se retrouvent à applaudir ce flot de mesquineries indigne de qui prétend incarner le rassemblement de la gauche. Mais si Martine Aubry savait rassembler, elle aurait obtenu des ralliements et des soutiens de la part de ceux qui n'ont pas accédé au second tour. Je veux à cet égard saluer l'attitude très digne et responsable de Ségolène Royal. Elle a dit qu'elle ne ferai pas aux autres ce qu'on lui a fait et elle le prouve. C'est une belle leçon de dignité et cela a autrement plus de gueule que le spectacle éculé des leçons de gauche et des brevets en socialisme donné par ceux qui nous ont toujours fait perdre. Ségolène Royal et Bertrand Delanoë avaient subi les mêmes procès en hérésie socialiste lors du congrès de Reims. La différence entre le congrès de Reims et cette primaire, c'est que cette fois-ci la logique démocratique la plus élémentaire est respectée. D'abord je veux rappeler que le congrès de Reims n'est pas le dernier acte de François Hollande, mais bien le premier acte de Martine Aubry. Il a eu raison de rappeler que cet échec total avait pour actrice principale celle qui a gagné de façon si contestable. Mais cette fois-ci les perdants ne se sont pas coalisés contre les gagnants et le fait qu'aucun candidat ne se retrouve sur le 2e et que tous, y compris Arnaud Montebourg, choisissent de soutenir celui qui est arrivé en tête et très largement en tête (près de 10%!) est un juste retour de la logique démocratique qui a toujours prévalu au PS. Pour gagner il faut convaincre et non empêcher. Et si Martine Aubry a su empêcher Ségolène Royal et Bertrand Delanoë par des manoeuvres lamentables, je doute fort que cette fois-ci elle arrive à empêcher celui qui incarne le mieux la fonction, celui qui incarne le mieux le rassemblement, le mieux l'éthique et le mieux la clarté. Mais manifestement à défaut d'empêcher François Hollande de gagner les primaires, il ne lui reste plus qu'à empêcher ses militants de vouloir participer au rassemblement que François Hollande n'aura aucun mal à opérer.

 

Il y a dans l'attitude de Martine Aubry quelque chose qui tient de la terre brûlée.

 

On ne gagnera pas en 2012 en divisant les socialistes de façon aussi caricaturale, déplacée et injuste. Martine Aubry a choisi de faire sa campagne du second tour en empruntant le vocabulaire d'Olivier Besancenot (la gauche molle c'était de lui) et de Marine Le Pen (le système c'est d'elle) et bien ce vocabulaire n'est pas le mien et comme je veux un candidat socialiste qui parle le socialiste de façon positive, sereine, déterminée et qui donne envie de voter pour nous dès le premier tour, je voterai avec enthousiasme dimanche pour François Hollande et je suis convaincu que nombre de soutiens de Martine Aubry seront libérés dimanche d'un fardeau pour faire enfin campagne de façon conviviale, rassembleuse et dynamique. Il y a quelques jours, Christophe Caresche m'expliquait qu'en politique il était primordial de rassembler, de toujours rassembler. Il avait parfaitement raison. Le rassemblement s'est opéré cette semaine avec Manuel Valls, Ségolène Royal et Jean-Michel Baylet. Il sera complet dimanche avec le peuple de gauche qui ne doit pas louper son rendez-vous avec l'histoire. La belle histoire. Si nous voulons sortir par le haut des primaires, non seulement François Hollande doit l'emporter mais il doit l'emporter de façon très large parce que chacun doit bien avoir en tête ce que serait un scénario à la mode Reims. Si nous sortons de cette primaire avec un score étriqué de 50/50, qui plus est s'il est contesté, nous aurons toutes les difficultés du monde a créer une dynamique. Alors vivement dimanche prochain. Le 6 mai 2012 se gagne dimanche prochain avec François Hollande.

Didier Guillot

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

André Guidi 20/10/2011 15:10


M. l'Adjoint au Maire de Paris,

à ce jour, le rassemblement est complet derrière notre futur Président.

Salutations respectueuses.

André Guidi


Hernando HERRERA 14/10/2011 23:48


Bonsoir Didier, tout à fait d'accord avec toi dans tes propos. J'ai été un peu déçus pour ne pouvoir entrer à la maison de la Amérique Latine pour célébrer au premier tour la victoire de François.
J'ai trouvé ça trop élitiste;
Peut tu me dire où se rencontrer dimanche soir? Merci de ta réponse
Cordialement
Hernando HERRERA
militant socialiste de JBC