Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

Le blog de Didier Guillot

Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

Contre la dérive clanique du PS

com

Dans quelques jours, les militants socialistes auront à se prononcer sur les listes européennes concoctées par le Conseil National du PS réuni samedi dernier. Nous pouvons nous réjouir de voir les socialistes « unis » sur la question européenne. Unis sur un texte européen du PSE, le Manifesto (ce qui n’était pas gagné vu la condescendance de certains de nos dirigeants socialistes à l'égard des autres partis « impurs idéologiquement »), sur un texte français et sur des listes. Bravo Martine ! Bravo pour avoir également su imposer quelques nouvelles règles et en particulier la question du non cumul des mandats.

Pour autant, pouvons-nous être pleinement satisfaits d'un tel résultat ? Pour ma part, et ce n'est pas nouveau, je ne peux plus cautionner les méthodes d'appareil qui, par des dosages subtils et une alchimie que peu maîtrisent dans ce parti, finissent par des compromis boiteux. Ce qui est en cause ici, c'est d'une part la façon dont on considère au Parti Socialiste que chaque scrutin à la proportionnelle doit être la chasse gardée des courants et des écuries, et d’autre part la façon dont ces mêmes courants sélectionnent leur propre élite. Jamais notre parti n'avait à ce point sombré dans la logique clanique, qui veut que guère plus d'une quinzaine de responsables politiques ont droit de vie ou de mort électorale sur l'ensemble des talents que comptent notre parti. Ce fut le cas pour la composition des instances nationales. C'est le cas aujourd'hui pour les listes européennes.

Et ce n'est d'ailleurs pas nouveau. En 1994, j'ai quitté le « courant rocardien », dont j’étais membre, le jour où 4 personnes avaient décidé que Gérard Fuchs et Jean-Pierre Cot devaient quitter le Parlement Européen. Soit les 2 meilleurs députés que comptait la délégation socialiste à Strasbourg. En 2004, il y eut l’épisode Olivier Duhamel. Au Parti Socialiste, un député européen n'est jamais reconnu pour son travail mais uniquement en raison de ses « bons » choix au dernier Congrès. Gare aux erreurs d'aiguillages ! Il faut être très proche de l'apparatchik en chef de son courant si l’on veut avoir une chance d'être reconduit.

C'est ainsi que dans les listes qui nous sont proposées, Gilles Savary, Bernard Soulage, ou encore Marie-Noëlle Lieneman sont passés par pertes et profits. Et ils ne sont pas les seuls. Je suis pour une fois d'accord avec Gérard Collomb, ce scrutin semble réservé aux bétonneurs d'appareil qui sont incapables de se faire élire au suffrage universel uninominal direct. Cette division des tâches n'est plus compréhensible.

Au-delà de cette méthode, je ne comprends pas pourquoi les élections européennes sont les seules où les militants ne désignent pas leurs candidats en deux temps dans leur circonscription électorale. Il y a des circonscriptions pour rapprocher les députés européens des électeurs et ce n’est donc plus un vote totalement national. Les militants sont jugés aptes à désigner la tête de liste puis la liste aux élections municipales. Ils sont tout aussi aptes à désigner la tête de liste puis la liste aux élections régionales. Je ne parle même pas de leur capacité élémentaire à désigner leurs candidats aux élections législatives, cantonales, ainsi qu’à la présidence de la République. Dans le scrutin européen, la presse a fait ses choux gras du duel Hamon/Désir en Ile de France alors même que les militants n'ont pas pu  choisir. Je ne peux que me réjouir du choix d’Harlem Désir mais j’aurais encore préféré choisir démocratiquement. Chut, laisser les courants faire, les élections européennes c'est leur truc ! Les militants peuvent décider du sort de la France pour 5 ans mais pas du sort d'un député européen. Les fédérations ont à peine été mises à contribution. C’est bien connu seuls les hauts responsables de courants savent repérer les vrais talents…

Les petits progrès obtenus en matière de non cumul des mandats me paraissent bien faibles au regard de cette logique. C’est pourquoi le 12 mars je ne voterai pas pour cette mascarade de démocratie interne. Cela ne m'empêchera pas de défendre les couleurs de notre parti face aux électeurs lors de la campagne. Parce que je continue à penser que la famille sociale-démocrate au Parlement européen est la plus à même d'orienter la construction européenne et que le PSE reste l’une des plus belles idées politiques de ces 20 dernières années.

De ce gloubi-boulga sort toutefois un motif de satisfaction : les courants, en particulier la Motion A et la Motion E, auraient explosé en vol. Tant mieux ! Je ne me reconnais pas dans les clivages faussés du dernier Congrès. L’entrée de la Motion E dans la direction du PS met d’ailleurs un peu plus en valeur la vacuité et l'inanité des discours entendus pendant le Congrès de Reims sur le supposé fossé idéologique qui séparait les 4 grandes motions et particulièrement l’une contre les trois autres. L’éclatement de ces courants ouvrira un nouvel espace à tous ceux qui veulent réellement moderniser notre pensée et nos pratiques. Comme je pense qu'ils sont un peu plus nombreux dans les Motions A, B et E, qu'ils en profitent vite pour refaire de la politique avec fraîcheur et sens de l'innovation !

 

D’ici là, puisque tout le monde est maintenant « rassemblé » dans une direction « resserrée », les militants attendent de voir notre parti se remettre réellement au travail. Alors au boulot !!

 

 

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

André Guidi 27/10/2009 17:02


M. le conseiller municipal,
M. l'adjoint au Maire de Paris,

je rends hommage à votre volonté de rénovation de notre Parti. Vous y travaillez depuis fort longtemps avec une énergie peu commune, au sein de la section JBC. Puisque vous évoquez l'émergence
possible de nouveaux talents à travers d'autres canaux que les traditionnelles écuries et motions, je rends hommage au votre qui s'incarne à travers le mandat qui vous a été confié par M. Bertrand
Delanoë, Maire de Paris jusqu'en 2014.

Veuillez recevoir, Monsieur l'Adjoint au Maire, l'expression de mes salutations dévouées.


à Paris, le 27 Octobre 2009

André Guidi


André Guidi 20/05/2009 10:48

M. l'adjoint,

il serait effectivement plus démocratique de laisser les adhérents choisir les candidats aux européennes.

Bien à vous.

André Guidi

Sprikritik 13/03/2009 14:44

Le PS a-t-il jamais dysfonctionné autrement ?

Si vous prenez tous ceux qui, depuis 1971, ont à un moment ou un autre, fait partie des cadres intérieurs et/ou extérieur (C'est pas toujours les mêmes justement si on les prend bien TOUS, même le dernier des bureaux de section) combien ont quitté, vivants, le PS ?

Seule l'ambition de servir vraiment altruistement et pas par arrivisme le parti et le pays est noble Or ceux qui n'ont que cette ambition ne font pas long feu dans ce parti comme dans les autres

Made 12/03/2009 12:45

Je vois que vous n'avez encore pas perdu vos vaines illusions en écrivant que "le PS est rassemblé et la direction resserrée".

Merci de m'avoir fait rire au moment du déjeuner.

Mais pour savoir ce qui se passe dans les section, il faut avoir des contacts avec les militants de terrain.Les adhérents partent par dizaines ou sont démotivés. Dans les CA, comme le nom de Ségolène Royal est interdit, on n' a plus rien à se dire. Martine aubry comment peut croire qu'elle va passionner les foules ?

Sarkosi a de beaux jours devant lui.

En conclusion, pour ma part, la seule question qui se pose est : qui va faire la campagne de qui ???