Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de l'EIVP. Adhérent de La République En Marche et membre de son comité de pilotage parisien, je suis membre du groupe Démocrates et Progressistes au Conseil de Paris et dans le 18eme. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate. 
Par ailleurs cycliste, pianiste, pongiste et amoureux de la montagne et des écrins.

Le blog de Didier Guillot

Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de l'EIVP. Adhérent de La République En Marche et membre de son comité de pilotage parisien, je suis membre du groupe Démocrates et Progressistes au Conseil de Paris et dans le 18eme. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate. Par ailleurs cycliste, pianiste, pongiste et amoureux de la montagne et des écrins.

Compte rendu de mandat de 12 ans de Conseil de Paris - Avril 2008 - Mars 2020

com

Mon mandat de Conseil de Paris s'achève ce soir. Il me parait naturel de faire un compte rendu de 12 ans de mandat au service des parisiens. 

 

En préliminaires, les primaires

 

Avant d’être élu au conseil de Paris, quelques mois auparavant en septembre 2007, j’ai pris la décision de provoquer une « primaire » militante en me présentant face à Daniel Vaillant, député-maire sortant du 18eme pour la tête de liste du 18eme des listes de Bertrand Delanoë. Décision difficile à prendre. Quand je préviens Bertrand Delanoë, celui-ci fait tout pour me convaincre de ne pas y aller mais convaincre avec des arguments politiques. Jamais il n’usera de l’argument d’autorité, ni du chantage, ni de la menace, ni de l’intimidation. C’est tellement rare en politique.

Cette primaire fut une très belle primaire avec une mobilisation forte des 3 sections du 18eme. Pas facile de convaincre les militants dans une Assemblée Générale où s’expriment tous les élus sortants, Lionel Jospin, Bertrand Delanoë, Claude Estier. Après une campagne digne et où les coups bas n’ont pas été de mise, j’obtiens le score de près de 45% des voix. Il m’était prédit un écrabouillement. Il faudra compter avec moi. J’obtiens un très fort soutien des militants de ma section mais me retrouve ultra minoritaire dans les deux autres où le réflexe de soutien aux élus sortants fut très fort. Parce que cette campagne s’est faite sur le fond et sur de vrais sujets et notamment le cumul des mandats et la question de la diversité, nous n’aurons aucun mal à nous retrouver. La grande gagnante de ma primaire sera en fait Myriam El Khomri qui se retrouvera propulsée numéro 2 de la liste Vaillant, Bertrand Delanoë imposant à Daniel Vaillant la reprise de mon idée consistant à mettre en 2 et non plus en queue de liste comme en 2001 une candidate issue de la diversité. Nous composerons la liste ensemble et c’est ainsi que celles qui furent très actives dans ma campagne, Afaf Gabelotaud, Carine Rolland et Violaine Trajan deviendront élues en 2008 ainsi que nombre de nouveaux élus.

Je me retrouve ainsi 5eme sur la liste conduite par Daniel Vaillant et 3eme homme derrière Vaillant et Delanoë.

Depuis nos relations se sont améliorées de jour en jour avec Daniel Vaillant pour devenir franchement cordiales.

 

Adjoint au maire de Paris

 

Une fois élu au Conseil de Paris, me voilà donc faisant partie du nouvel exécutif parisien en charge de la Vie étudiante, succédant ainsi à David Assouline et Sandrine Mazetier.

Le premier conseil de Paris de la mandature s’ouvre sur une communication sur l’enseignement supérieur, la recherche, l’innovation et la vie étudiante. Bertrand Delanoë annonce qu’un milliard d’euros seront consacrés à ces thématiques dans cette mandature. Je commence ainsi un tandem un peu déséquilibré avec Jean-Louis Missika qui a la délégation de l’enseignement supérieur, de l’innovation et de la recherche.

Les débuts sont un peu compliqués avec lui. Ce personnage brillant a un charisme vrai, une vision certaine, des idées lumineuses comme il peut se montrer d’une grossièreté inouïe. Les premiers mois il me prend pour un apparatchik de l’Unef et dans nombre de réunions fait intervenir sa conseillère de cabinet sur mes sujets. Puis son regard change et nous pourrons travailler en bonne intelligence avec deux divergences qui compliqueront nos relations et j’y reviendrais : le campus condorcet et le rapport à l’Etat.

 

  • Equipe

Pendant mes 6 ans d’adjoint au maire de Paris, j’ai pu m’appuyer sur une équipe formidable. D’une efficacité redoutable et dans une bonne humeur permanente. Nous avons vraiment bien travaillé et nous nous sommes aussi beaucoup marrés. Qu’il me soit permis de dire un immense merci à Yohanna Géron, Arnaud Magnin qui furent mes directeurs de cabinet, Aurélie Kiene et Constance Blanchard mes chefs de cabinet, Maxime Ridoret et Noela Nillson mes rédacteurs, sans compter bien sûr Francine, Marie Thérèse et Marie-Laure mes secrétaires. Marie Laure Amar Khodja était adorable et très drôle. Nous avions le même âge et elle sera emportée par une crise cardiaque quelques jours après le décès de mon père en juillet 2017.

J'ai apprécié de travailler avec mes référents au cabinet de Bertrand Delanoë : Jean-Yves Mérindol, Valérie Rogé et David Kessler disparu brutalement le mois dernier.

Avoir une bonne équipe est indispensable et celle-là fut sans doute une des plus sympathiques de tout l’Hôtel de ville. Ce fut très dur de ne plus travailler quotidiennement avec eux après 2014…

 

  • Faire de Paris la ville Campus.

Le concept sur lequel j’ai avancé pendant 6 ans consistait à faire de notre ville le campus géant des 300 000 étudiants. Tout est fait pour penser le campus exactement à l’opposé des campus à l’américaine où on enferme les étudiants. Le cœur de notre politique de vie étudiante reposait d’une part sur la priorité au logement étudiant et d’autre part sur l’émulation de la vie associative étudiante à travers les activités de la Maison des Initiatives étudiantes. L’idée étant de faire sortir les étudiants engagés de leur campus pour que leurs initiatives touchent tous les étudiants mais aussi le plus grand nombre de parisiens. Cette maison avait été créé avant moi et j’ai la mission d’en ouvrir 3 nouvelles, une dans le nouveau quartier étudiant Paris Rive Gauche, une dans le quartier latin et une dans le futur campus condorcet. Les 3 pôles identifiés.

En 2011 je réussis à ouvrir le Labo 13 dans le campus Paris Rive Gauche. Très bel espace de co-working et de réunion dédié au développement durable, aux solidarités internationales et au commerce équitable. Il est un trait d’union entre la vie associative étudiante, le nouveau campus mais aussi la maison des associations étudiantes du 13eme arrondissement. Une des premières décisions que prendra ma successeure en 2014s sera de filer les clefs de ce lieu pourtant très apprécié à un satellite de l’UNEF sans DSP ni appel d’offres qui coulera d’ailleurs lui aussi.

  • Etudiant de Paris le Conseil.

David Assouline avait lancé le Conseil Parisien de la vie étudiante. Nous allons le relancer mais en changeant les règles du jeu. Je ne veux pas de commissions qui produisent des vœux parfaitement inutiles pour nous expliquer comment on résoud le conflit isréalo-palestinien comme l’Unef en a le secret. Je fixe une nouvelle de méthode plus compliquée : le conseil travaillera sur un seul sujet pendant 6 mois pour produire un rapport complet sur la méthode du consensus. Les 5 rapports publiés seront de vraies mines pour tous les acteurs. Et le choix qui est le nôtre est de ne pas se contenter de propositions à destination de la Ville de Paris mais bien pour tous les acteurs de la vie étudiante parisienne : CROUS, CIUP, associations, universités et grandes écoles. C’est d’ailleurs sans doute le CROUS qui sera le plus proactif dans la mise en œuvre des propositions comme celle du Forum Logement de la rentrée.

Ce conseil sera supprimé dès 2014, considérant que le Conseil Parisien de la Jeunesse suffisait. Je n’ai hélas pas vu beaucoup de propositions très concrètes concernant la vie étudiante sortir de cette instance.

  • Une politique partenariale tous azimuts

Toute la politique que j’ai pu mener consistait à travailler avec l’ensemble des acteurs de la vie étudiante et au premier rang desquels le CROUS, la CIUP et les établissements universitaires. Je me fous complètement de savoir si un tel ou une telle a été nommé par Nicolas Sarkozy ou Valérie Pécresse. Seul compte pour moi l’intérêt général. Avec le CROUS je propose immédiatement de fusionner nos outils de communication avec un site internet commun et un guide étudiant commun Ville de Paris et CROUS. Sur les services numériques proposés aux étudiants, la Ville de Paris financera des dispositifs bénéficiant aux étudiants de toute l’Ile-de-France !

Quand Valérie Pécresse lance le Plan Campus, mon collègue minimise le dispositif. Je ferais tout pour que l’on puisse en profiter et accompagner des initiatives communes.

Nous avons par exemple travaillé sur un très beau projet de MIE sur une péniche amarrée dans le 13eme arrondissement. Le sous-directeur de la ville et j’y reviendrais fera capoter ce projet magnifique. Le recteur et le directeur du CROUS reprendront ainsi l’idée plombée par l’incompétence de mon sous directeur et feront la barge du CROUS au pied de la BNF.

Dans le 18eme nous organisons avec l’AFEV des journées quartiers libres à l’université pour faire découvrir le pôle universitaire de la Sorbonne aux jeunes des quartiers populaires. Et les répétitions du COSU le grand orchestre de Sorbonne Universités seront ouvertes aux habitants de la Porte de Clignancourt.

  • Logement étudiant, la priorité.

Cette partie il faut bien le dire est d’abord pilotée par le cabinet de l’adjoint au logement, Jean-Yves Mano. C’est grâce à lui que sortiront de terre 4000 logements étudiants nouveaux dans la mandature dans tout Paris avec deux gros focus dans le 13eme et le 18eme. Il y a en 2020 plus de logements étudiants dans chacun de ces deux arrondissements qu’il n’y en avait dans tout Paris avant 2001. Mais sur la question du logement étudiant, je vais m’investir à fond dans 3 missions.

 

1° L’accord foncier entre la ville l’Etat et la fondation de la Cité Internationale Universitaire de Paris. Quand je rencontre le recteur de Paris en 2008, Maurice Quenet me dit qu’il est impossible de faire bouger quoi que ce soit et que la situation est inextricable sur le plan foncier car on devrait pouvoir construire de nouveaux logements étudiants sur le site de la CIUP (14eme) mais que comme la Ville ne veut entendre parler que de logement social sur ses parcelles tout est bloqué. Quelques mois plus tard quand je rencontre le nouveau recteur, Patrick Gérard et bien nous convenons de rendre possible l’impossible et nous démarrons une longue et lourde séquence de négociations et discussions tenant du Monopoly. Je trouve la porte de sortie en imposant le logement chercheur et non plus étudiant pour la partie Ville de Paris. Ces discussions auront commencé avec Sylviane Tarsot Gillery puis se poursuivrons avec Carine Camby sous la houlette bienveillante de Marcel Pochard. En 2011 nous signons enfin l’accord foncier qui permet à la CIUP de construire à nouveau des logements (près de 2000 en vue) ce qui n’était pas arrivé depuis 1969. Valérie De Brem au Secrétariat général et Elisabeth Borne à la DU auront piloté cette affaire d’une main de maitre et nous nous retrouverons pour boire le champagne dans mon bureau. Cet accord restera assurément ma plus grande fierté de mon mandat d’adjoint tant les résistances auront été nombreuses du côté de la Ville. Cela a couté cher à la Ville mais l’intérêt général commandait d’avancer et nous avons réussi. Mon directeur de cabinet fut lui aussi d’une solide efficacité dans ce dossier. Depuis plusieurs maisons sont sorties de terre à commencer par la peu esthétique maison de la Région Ile de France. La dernière visible le long du périphérique est au contraire une grande réussite qui retient l’œil.

 

2° Transformer les bourses municipales en Aide à l’Installation dans le logement étudiant.

Cette proposition faite par les étudiants dans le cadre du conseil sera mise en œuvre en 2011. Ce sera pour moi un moment un peu difficile. En début du mandat, nous avions recruté un sous-directeur de l’Enseignement supérieur qui venait du CNOUS. Ce dernier aura en réalité passé 3 ans à saboté tous nos projets. Il était venu à la Ville de Paris pour mener la guerre au directeur du CROUS qui était un peu son ennemi juré. Il pensait qu’en venant dans une collectivité dirigée par la gauche, il pourrait se payer son ennemi nommé par Valérie Pécresse. Sauf que mon équipe et moi travaillons en très grande intelligence avec Denis Lambert le directeur du CROUS. Et je ne suis pas ici pour mener la guerre à l’Etat ou à Valérie Pécresse mais pour faire avancer les améliorations de la vie étudiante parisienne. Quand nous passons la délibération au Conseil de Paris, ce fonctionnaire qui ne devrait pas l’être balance une note qu’il a fait pour dézinguer ce projet au Parisien. Le jour même j’obtiens un rendez-vous avec le directeur de cabinet du Maire, Nicolas Revel et dans son bureau je lui fais comprendre que ce sera lui ou moi. Je n’ai pas l’intention de poursuivre ma mission avec un haut fonctionnaire qui s’autorise à saboter tout ce que l’on fait. Je ne crois pas avoir croisé dans ma vie professionnelle et politique quelqu’un d’aussi malsain et d’aussi toxique. Il partira dans les deux mois et nous aura fait perdre un temps considérable. Mais il est vrai que la nomination ensuite de Carine Saloff-Coste à la tête de la DAE nous permettra ensuite de mettre le turbo et de faire avancer de nombreux autres projets comme le Labo 6, troisième MIE couplée à l’incubateur de Paris Région Lab dédié au tourisme le Welcome City Lab. Le projet mené par mon collègue Jean-Bernard Bros sera financé sur les crédits de la vie étudiante et de notre côté nous lançons le pôle dédié à l’entreprenariat étudiant.

 

3° Le projet KAPS porté par l’AFEV. L’AFEV a inventé le concept de colocation solidaire. Lancé à Poitiers et Nantes nous tentons l’aventure d’abord dans le 18eme puis dans le 13eme. Il s’agit de proposer des logements en co-location solidaire à des étudiants qui s’engagent dans le bénévolat et le tutorat pour accompagner des élèves de primaires ou de collèges des quartiers en politique de la Ville. L’expérience commence avec un petit logement dans le 18eme et prendra une autre dimension quelques années plus tard. Nous sommes au cœur de notre concept de la ville campus et de l’utilité sociale des étudiants en dehors de leurs campus.

En 2014 l’AFEV aura du mal à développer le concept plus largement souffrant d’une concurrence médiocre. La filiale de l’UNEF censé singer et l’AFEV et ANIMAFAC, «Solidarité étudiante» se lancera elle aussi dans les colocations solidaires. Enfin la première co-location que j’ai inauguré dans le 18eme était surtout une co-location pour loger solidairement les dirigeants de l’UNEF mais j’attends toujours le projet sur le quartier de la Chapelle.

  • Le festival artistique ICI et demain.

Le festival artistique étudiant Ici et demain avait été lancé avant moi. Mais je dois bien avouer qu’il a pris une toute autre dimension au cours de mon mandat en grande partie grâce au professionnalisme de celle qui pilote ce projet à la MIE, Estelle Bazireau aux côtés de Thomas Rogé. Le concept consiste à lancer un appel à projet à des artistes étudiants dans toutes les disciplines et parmi les 5 à 700 projets déposés en retenir une cinquantaine pour se produire dans les belles salles parisiennes pendant 15 jours en mars à destination non seulement des étudiants mais de tous les parisiens. La qualité artistique s’améliore d’année en année et j’ai eu le privilège comme les parisiens de vivre de très beaux moments, comme cette première scène de Christine & the Queens aux 3 baudets dans le 18eme. Cette soirée il y avait aussi la demoiselle inconnue qui fera un passage remarqué l’année dernière à the Voice. De nombreux artistes font partie de mes playlists et je suis encore les tournées de la super Women Show Eloise Noiraud dont j’ai vu un spectacle l’année dernière dans le Val d’Oise. Le groupe We were evergreen lui enchantera le public londonien par la suite.

Ce festival remarquable sera supprimé dès 2014 et remplacé par un ersatz à la dimension ridicule. Le budget étant divisé par 8…

  • Le Campus Condorcet

Ce dossier tiendra une place particulière dans mon mandat. En 2006 le CPER signé entre Fillon et la Région prévoit l’implantation d’une antenne de Paris 1 sur le site de la Porte de la Chapelle. Valérie Pécresse lance en 2008 le nouveau campus Condorcet devant regrouper des universités et grandes écoles de sciences humaines au nord de Paris à cheval sur Paris et Aubervilliers. Bertrand Delanoë, Daniel Vaillant, le maire du 18eme et moi sommes très favorables à ce projet et nous le ferons avancer. Mais cela n’a pas été simple tous les jours car du début à la fin du mandat Jean-Louis Missika s’exprimera systématiquement contre ce projet. Je dois bien avouer que j’ai vécu des moments vraiment surprenant à ce sujet. A la grande réunion de lancement nous devions parler tous les deux pour défendre le projet avec une note très claire du cabinet du maire. Il ouvre le bal en premier pour dézinguer le projet. A ce moment-là je me tais car je ne comprends pas ce qui se passe. Les autres fois je ne me tairais plus mais nous avons eu moultes réunions où la voix de la Ville de Paris fut dissonante et à ma grande surprise il arrivait à Jean-Louis Missika d’exprimer son hostilité au projet y compris en présence du maire de Paris comme lors de notre rencontre avec Valérie Pécresse. Le projet se fera et avancera moins vite que prévu mais je dois dire combien je suis fier d’avoir tenu sur la même ligne que celle du maire de Paris et du 18eme. J’ai représenté la Ville au CA du campus Condorcet au cours des 12 années et je veux ici saluer l’engagement très fort de celui qui fut maire d’Aubervilliers, Jacques Salvator avec son adjoint Marc Guerrien. J’aurais tant aimé pouvoir faire l’inauguration du campus du 18eme qui prendra la place de la bulle humanitaire porte de la Chapelle. Mais ce sera pour 2021 ou 2022. Il aura donc fallu 16 ans pour faire sortir de terre un projet c’est dire combien nos collectivités publiques sont sclérosées. En Chine c’est le temps pour faire émerger une ville de deux millions d’habitants…

  • Association des Villes Universitaires de France

Nommé Vice Président de cette instance dirigée par Hélène Mandroux, la maire de Montpellier, mon équipe et moi nous investissons beaucoup dans cette instance qui organise des colloques et séminaires dans toutes les villes universitaires de France. Les réflexions sont passionnantes. Nous piquerons ainsi une idée de la ville de Lyon qui organise chaque année la Nuit des étudiants du Monde pour accueillir les étudiants étrangers. Cet événement deviendra un événement conjoint à plusieurs dizaines de villes universitaire en même temps.

L’AVUF organisera aussi les Rencontres nationales des Maisons de l’Etudiant. Il en ressort que le modèle de la MIE parisienne et le plus intéressant et qu’il sera copié, notamment à Lyon. La MIE si bien incarnée par Thomas Rogé sera vidée de sa substance dans la mandature d’Anne Hidalgo, l’UNEF faisant main basse sur les 3 sites. Or le bilan des RNMDE était accablant pour les structures pilotées justement par l’UNEF…

  • Conseiller de Paris

Dans cette mandature j’ai appartenu à 3 groupes. D’abord au groupe socialiste, ensuite au groupe Radical de Gauche centre et indépendants et enfin au groupe Démocrates et progressistes.

 

Lorsque je siégeais au groupe socialiste je n’ai quasiment jamais obtenu d’interventions en Conseil, le Président du groupe, Rémi Féraud me détestant cordialement. Il ne faisait fonctionner le groupe qu’autour de quelques élus. Dans le cadre du groupe RGCI et DP j’interviendrais beaucoup plus souvent sur les sujets de sécurité, d’espace public, de mobilité, d’innovation et d’enseignement supérieur.

Un immense merci aux collaborateurs des groupes et en particulier des groupes RGCI et DP. Ce sont les soutiers des conseils de Paris.

J’ai participé à 3 missions d’études et d’évaluations dont deux très intéressantes, celle sur Fabriquer à Paris et celle sur l’avenir du Périphérique.

  • Mariages

Les conseillers de Paris ne sont pas obligés de faire des mariages dans les gros arrondissements. Du coup, je n’ai marié que des copains et 3 couples en l’occurrence. Très beaux souvenirs.

  • Permanences.

Nous assurons les permanences d’élus une fois par mois pour la mairie du 18eme. L’essentiel des habitants qui viennent le font pour des demandes de logement. Ce sont des moments très difficiles car ceux qui viennent sont dans des situations extrêmes. Un vrai bureau des pleurs et on peut sortir de là en pleurant aussi. Ce sont des parcours de vie qui sont racontés et ceux qui vous déstabilisent ce sont ces personnes qui passent d’une vie normale au cauchemar de la rue bien souvent après des séparations ou décohabitations. Et on mesure comment à Paris des personnes peuvent descendre très très vite le toboggan de la dignité sociale. C’est une expérience très difficile mais salutaire. Après tous les élus se sont posés la même question. A quoi servons nous puisqu’il n’y a plus de dossier à appuyer.

Les permanences sécurité sont aussi des moments difficiles car intervenir sur les incendies où il y a des blessés graves ou morts est très traumatisant. Nous sommes là pour gérer le relogement. Le plus difficile aura été un incendie dans le 20e un samedi après-midi juste après l’élection de Hollande en 2012.

  • Transparence

Dès le début de mon mandat, j’ai publié sur mon blog un article faisant la transparence totale sur mes revenus et sur mon patrimoine. J’indique même le montant de mes jetons de présence. Et j’indique aussi le montant de mon Loyer libre du logement RIVP que j’ai obtenu de nombreuses années avant d’être élu. Cela ne m’empêchera pas d’avoir droit à un article diffamatoire de Médiapart au sujet de mon logement. Moment douloureux pour ma famille exposée inutilement et qui aura sans doute contribuer à la faire exploser totalement un peu plus tard.

  • Paris & Co

En 2014, je ne suis plus adjoint au maire de Paris. Jean-Louis Missika me propose de prendre la présidence de l’agence de développement économique « Paris Développement » présidé auparavant par Christian Sautter et me demande de la fusionner avec Paris Région Lab qu’il avait créé dans le mandat précédent pour favoriser l’expérimentation et l’incubation de startups.

Il me propose également de participer à ses réunions hebdomadaires de cabinet et de siéger dans les organismes de sa délégation, notamment les SEM d’aménagement.

Président de Paris Développement en juin 2014 je mets 6 mois à fusionner les deux. L’agence Paris & Co nait donc en janvier 2015 avec un petit bras de fer. Je souhaite conserver la directrice de Paris Développement et Jean-Louis Missika souhaite imposer le directeur du PRIL. Nous aurons une co-direction bicéphale jusqu’à mon départ de Paris & Co. La directrice étant bien plus loyale à mon égard que le directeur…

Paris Développement commence par me payer des cours d’anglais pour me remettre à niveau car les matinées internationales que nous animons sous la houlette du président chaque mois sont en anglais comme les missions internationales. Je ferais 3 missions internationales d’une semaine. Une à Shanghai. Une à Tokyo. Une en Inde à Dehli, Mumbay et Bungalore. Moments très riches et passionnants pour convaincre de gros investisseurs internationaux de venir s’installer à Paris. C’est en Chine que cela marche le mieux. Pas de chance j’ai vécu un tremblement de terre à Tokyo mais je dormais…

Fusionner deux équipes aux cultures très différentes n’est pas simple et les Comités de direction que je réunis toutes les semaines sont souvent houleux. J’aurais la difficile décision à prendre de me séparer d’une DRH.

Paris & Co nait et grandit très vite. Son budget sera doublé en trois ans alors que la subvention de la ville de Paris ne bouge pas.

J’ai participé à quelques jurys de Réinventer Paris au nom de Paris & Co et comme je ne respectais pas les consignes envoyées par SMS et bien l’on a demandé que Paris & Co soit représenté par un agent et plus son président.

Le traitement de cette agence par la maire de Paris me conduira à prendre de la distance et son comportement parfaitement indigne à mon égard me conduira à claquer la porte du PS en janvier 2016. J’ai fait 4 événements de Paris & Co avec la maire de Paris. A chaque fois j’ai eu droit au même traitement : je présente les élus, sauf le président de Paris & Co. Ce comportement misérable m’a fait comprendre comment la maire de Paris était enfermée dans une logique sectaire de clan. J’ai eu l’impression d’avoir affaire à une enfant de 10 ans. Avec elle toute personne qui n’est pas à ses pieds est contre elle.

Quand j’ai claqué la porte du PS pour rejoindre le groupe RGCI, Anne Hidalgo réclame ma tête de Paris & Co et Jean-Bernard Bros qui m’accueille dans son groupe me protégera pour plusieurs mois.

 

En septembre 2017 les élus de la majorité qui ont voté Macron se réunissent pour envisager la création d’un nouveau groupe. Nous sommes une quinzaine. Et c’est Jean-Louis Missika qui pose la question qui tue. Il demande un tour de table en souhaitant que chacun s’exprime sur le soutien en 2020 à Anne Hidalgo. Nous sommes une poignée à exprimer que nous soutiendrons le candidat que soutiendra La République En Marche. A partir de là les pressions se font au maximum sur les élus susceptibles de rejoindre notre groupe. A chacun on fait comprendre que venir dans notre groupe c’est prendre le risque de se voir retirer telle ou telle présidence et pour bien montrer la clarté de la menace, je me vois retiré la présidence de Paris & Co et Fadila Mehal perd la présidence de sa commission. Et Jean-Louis Missika pour masquer le crime propose à Philippe Grangeon, conseiller d’Emmanuel Macron de me succéder avec l’idée que Macron finisse par soutenir Anne Hidalgo en 2020. Philippe Grangeon ne restera que quelques mois à la tête de Paris & Co. Il a rejoint l’élysée et il n’y a plus que Missika pour imaginer que Macron soutienne Anne Hidalgo. Mao Peninou rejoindra le groupe DP et à la fin Frédérique Calandra qui sera peut-être la seule élue à siéger à nouveau dans la prochaine mandature des deux groupes « macronistes ».

  • L’EIVP. L'école des Ingénieurs de la Ville de Paris

J’ai présidé l’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris de 2014 à 2020. Mon dernier comité technique aura eu lieu le jeudi 12 mars. C’est vraiment une belle école.

Je démarre avec la mission de fusionner l’école du Breuil dans laquelle je siège et qui forme les jardiniers de la Ville de Paris avec l’EIVP. Le projet est préparé dans la mandature précédente et tout est quasiment prêt. Mais une sous directrice de la DEVE s’oppose formellement à ce projet et réussit à convaincre la nouvelle adjointe aux espaces verts de renoncer à ce projet. A ma connaissance le politique était censé donner la direction à l’administration mais là on a eu une administration qui a fait plier le politique. J’ai trouvé cela hallucinant. Un beau gâchis. Sur la fin l’école du Breuil réussira quand même à s’autonomiser avec la création salutaire d’une régie. Du côté de l’EIVP un nouveau projet finalement plus ambitieux nous mobilisera : l’intégration à la nouvelle université Gustave Eiffel. Ce nouvel ensemble nait au 1er janvier 2020 et l’EIVP va donc changer d’échelle en participant à une nouvelle aventure réunissant tous les pôles universitaires d’excellence sur la Ville de demain.

Nous avons également réussi à ouvrir cette école à l’entreprenariat. Ce fut un immense plaisir de travailler avec Régis Vallée puis Franck Jung.

  • La tour Eiffel

Dans cette mandature je siège au CA de la Tour Eiffel mais également à la Commission d’appel d’offres qui se réunit très souvent (toutes les 3 semaines à peu près). Nous sommes 3 élus, Bernard Gaudillère, Yves Pozzo di Borgo et moi.

Nous avons vécu deux moments très forts.

Le premier c’est le bras de fer que nous mènerons avec Bernard Gaudillère avec la directrice nommée par la maire de Paris. Cette nouvelle directrice vient du secteur privé et n’a manifestement aucune notion de ce qu’est le droit public. Les premières CAO sont plus que tendues car nous avons un trafic de notes que nous bloquerons avec le Président. Si nous n’avions pas réagi, nous aurions pu nous retrouver en condamnation pénale. Si nous avons réussi à déjouer les manœuvres, je reste stupéfait par la lenteur de la réaction du cabinet de la maire de Paris. Sous Delanoë cela aurait duré 24h. La directrice finira par être exflitrée et le nouveau directeur Patrick Brannco Ruivo nous fera vite oublier cette incroyable erreur de casting.

Quasiment tous les marchés de la tour ont été renouvelés mais la procédure la plus lourde et sympathique aura été celle pour renouveler l’intégralité de l’offre de restauration comprenant le Jules Verne, le restaurant du 1er étage et la vente à emporter. La procédure a duré 6 mois avec de nombreuses réunions. Mais la plus sympa aura été l’opération plats proposés par Alain Ducasse, Frédéric Anthon et Thierry Marx. C’est le duo Thierry Marx et Frédéric Anthon qui mèneront l’excellence culinaire de la tour eiffel pour les 10 prochaines années.

  • Administrateur

Etre conseiller de Paris c’est représenter la Ville dans de nombreux organismes. J’ai eu l’honneur de représenter la ville dans les CA d’universités (Paris 1 – 2 – 3 – 4 – 6), d’écoles (ESCPI), HESAM, Fondation campus condorcet, le CROUS, la CIUP, à Universcience (Cité et des sciences et Palais de la Découverte).

Dans des SEM d’aménagement et de logement, SEMPARISEINE, SEMIDEP, Paris Batignolles Amenagement, SEMAPA, Batigère.

Dans les équipements culturels Halle Saint Pierre, Théatre Ouvert, Palais Omnisport Paris Bercy.

La Tour Eiffel.

Et il faut bien le dire cette représentation conduit à se déplacer dans tout Paris quotidiennement.

  • Vélo de fonction

Quand j’étais adjoint je n’ai jamais utilisé le pool de voiture avec chauffeurs mais j’ai exigé d’avoir un vélo électrique de fonction ce qui coute nettement moins cher. Je l’ai rendu en 2014. Je roule toujours en vélo et vient juste de me remettre au vélo électrique bénéficiant de la prime régionale.

  • Travail

Mon mandat m’a toujours occupé mais j’ai toujours souhaité travailler à côté à mi-temps. J’ai travaillé deux ans à la mairie d’Aubervilliers, près de 6 ans à l’université Paris 13 avec plein de missions différentes dont celles de photographe… deux ans en auto-entrepreneur et depuis 15 mois à nouveau assistant parlementaire.

  • Parrainage.

En 2011 j’ai apporté mon parrainage à la primaire de la gauche à Arnaud Montebourg et j’ai convaincu mon collègue Hamou Bouakkaz d’en faire de même, tout en soutenant François Hollande. Je trouvais insupportable les pressions du clan Aubry pour empêcher la candidature d’Arnaud Montebourg qui était l’inventeur des primaires de la gauche.

En 2017, je suis fier d’avoir fait partie des 13 conseillers de Paris qui ont Parrainé la candidature d’Emmanuel Macron à la présidentielle. Quelques mois plus tard j’ai été heureux de pouvoir désigner 23 grands électeurs marcheurs mais cela n’a pas suffit à faire élire plus d’un sénateur.

  • Conseil d’arrondissement

Le CA du 18eme est un CA très bavard. Que ce soit sous Eric Lejoindre ou bien Daniel Vaillant, nous pouvons parler autant que l’on veut et aussi longtemps qe l’on veut. Ces soirées sont souvent très longues. Si les règles du CA du 18eme s’appliquait au conseil de Paris, nous siegerions 7 jours sur 7.

Mon souvenir le plus étonnant : une intervention de 35 minutes d’un élu écologiste sur la reproduction des coccinelles.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article