Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de l'EIVP. Adhérent de La République En Marche et membre de son comité de pilotage parisien, je suis membre du groupe Démocrates et Progressistes au Conseil de Paris et dans le 18eme. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate. 
Par ailleurs cycliste, pianiste, pongiste et amoureux de la montagne et des écrins.

Le blog de Didier Guillot

Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de l'EIVP. Adhérent de La République En Marche et membre de son comité de pilotage parisien, je suis membre du groupe Démocrates et Progressistes au Conseil de Paris et dans le 18eme. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate. Par ailleurs cycliste, pianiste, pongiste et amoureux de la montagne et des écrins.

La piétonnisation de Paris, un enjeu essentiel !

com

A 18 mois de la fin du mandat d’Anne Hidalgo, cette dernière vient de lancer une proposition dans l’espace public : rendre piéton le centre de Paris avec les arrondissements 1, 2, 3 et 4.

 

Commençons par jeter un œil dans le rétroviseur. Quelles furent les politiques en faveur des piétons depuis 20 ans à Paris ?

 

Et bien je vais ici écrire les choses un peu crûment : s’il y a bien un sujet sur lequel la gauche municipale est passé à côté depuis 2001 c’est bien celle de la piétonnisation. Cela restera pour moi un sujet de très grande perplexité. La politique des transports depuis 2001 a été d’une grande efficacité pour faire reculer l’usage de la voiture individuelle à Paris qui a reculé de plus de 40% en part modale. Et ce recul s’est traduit par un recul de la pollution au plus grand bénéfice des parisiens et en particulier des petits parisiens. Parent de 3 enfants qui ont commencé leur vie avec des bronchiolites, je suis bien sûr très sensible à cette question. Pour autant nous n’avons pas osé avoir un temps d’avance en matière d’élargissement des zones piétonnes. Nous avons réussi les opérations Paris Respire dans de nombreux quartiers de Paris les Week-end. Nous avons réussi l’aménagement des voies sur berges en Rive gauche sous Delanoë et en rive droite sous Hidalgo. Et c’est un succès sur lequel personne ne reviendra.

Mais en 17 ans de mandat, combien de quartiers et de rues sont devenues piétons ? Quasiment aucun. C’est d’autant plus incompréhensible que dans le partage modal des transports, la part de la marche à pied est de 60% des déplacements chez les parisiens. Contre 15% pour la voiture et 5% pour les vélos.

C’est d’autant plus incompréhensible que dans les 20 dernières années, toutes les grandes villes de province ont élargi massivement leurs espaces piétonnisés. Quand on se promène à Lyon, à Bordeaux, à Rouen, à Lille, à Strasbourg, à Nantes, à Rennes, à Angers, à Tours, à Poitiers, à La Rochelle, à Toulouse, à Grenoble et même à Nice, on ne comprend pas comment Paris peut à se point être en retard sur l’aménagement urbain en faveur des piétons. Il ne reste en France plus que Paris et Marseille pour ne pas oser la piétonnisation de quartiers commerçants. Les voies sur berge sont une victoire idéologique sur les autoroutes urbaines mais ce ne sont pas des espaces où les parisiens sortent pour faire leur course, aller au cinéma, au théatre, au restaurant, en boite ou boire des cafés au quotidien.

 

Je vais ici d’ailleurs témoigner très concrètement du conservatisme de la Ville de Paris, de ses élus et y compris de ses ingénieurs de la DVD à travers 3 exemples.

1° En 1997, Christophe Caresche alors élu député de Montmartre Clignancourt propose de lancer une concertation pour rendre piétonne la rue du Poteau sur une proportion inférieure à 1km. Nous rencontrons les commerçants. Et là lors de la réunion, un des bouchers qui a pignon sur rue dans l’association des commerçants nous explique sans rire que l’essentiel de sa clientèle vient de Saint Ouen en voiture pour acheter sa viande et qu’il devrait fermer boutique si la rue devenait piétonne. Il aura le dernier mot et la concertation n’ira pas plus loin. Pourtant la rue en question voit affluer un très grand nombre de parisiens les dimanches où elle bénéficie de l’opération Paris Respire. Mais le conservatisme absolu des commerçants continue de faire peur aux élus. Je n’ai pourtant jamais vu que les commerçants situés rue Lewis dans le 17eme, ceux situés rue Daguerre dans le 14eme ou bien ceux situés rue Montorgueil dans le 1er soient pénalisés d’une quelconque façon par les piétons très nombreux à toute heure de la journée et ce quelque soit la météo.

2° Quand j’étais adjoint à la vie étudiante, Anne Hidalgo, alors adjointe à l’urbanisme, Jean-Louis Missika et moi avions commandé une étude aux architectes urbanistes Djamel Klouche et Jean-Pierre Charbonneau pour savoir comment rendre visible le campus parisien. Dans les préconisations très riches de ce rapport il y avait l’idée de rendre piéton une partie du quartier latin (rue Ulm, Erasme…) ou encore de rendre piétonne l’esplanade située devant le siège du CROUS à Port Royal. L’idée de la piétonnisation des rue d’Ulm et Erasme n’a eu aucune suite. De mon côté, j’ai provoqué une réunion avec les services de la Ville et du CROUS et quelle ne fut pas ma colère de voir la représentante de la DVD démolir le projet sur le mode rien ne sera possible au seul motif qu’en début de rue il y avait un hôtel. Je lui ait alors demander de sortir au moins une fois hors de Paris et d’aller voir s’il n’y avait pas des hôtels dans les rues piétonnes de Lyon, Bordeaux, Nantes, Toulouse, Rennes… 4 ans après des voitures peuvent encore circuler dans une rue qui ne sert à rien.

3° Il y a quelques mois, j’ai réussi à faire voter un vœu sur la piétonisation de rues dans le 18ème aussi bien en conseil du 18ème qu’en Conseil de Paris. Pour autant, pour le faire adopter il a fallu expurger le vœu de la plupart des propositions de rues mais au moins il en est resté l’idée de piétonniser le haut de la butte Montmartre.

 

Je préside l’école des ingénieurs de la Ville de Paris. Il faudrait sans doute que dans la formation d’ingénieurs, les ingénieurs de la Ville sortent d’une culture du tout automobile et là encore eux aussi aillent voir comment cela se fait dans les grandes villes de France. Et cela vaut pour les rues piétonnes comme des pistes cyclables. Parce que au delà de la difficulté à créer des rues piétonnes dans Paris, il y a un petit sujet aussi qualitatif. Quand on pense rue piétonne à Paris, nos ingénieurs pensent aussi rues pavées. Or, les rues avec des gros pavés, c’est pénible pour les femmes qui marchent en talons. C’est insupportable pour les parents qui ont des poussettes et c’est insupportable pour les personnes qui ont des chariots comme à toute personne ayant une mobilité réduite. Quand aux vélos qui seraient tentés de rouler dans ces lieux de partage, ils auront l’impression de conduire un marteau piqueur. Il y a même des ingénieurs qui ont réussi à mettre des pavés dans une piste cyclable toute neuve place de Clichy !

 

Alors l’idée de généraliser la piétonisation des 1, 2, 3, 4 est une belle idée mais avec un train de retard. C’était d’ailleurs l’idée portée par NKM dans la campagne de 2014. Mais c’est avoir une vision de Paris qui était un peu celle de Tibéri en 1995. Jean Tibéri qui a d’ailleurs plus fait pour la piétonisation de Paris que Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo réunis ! Et pour le coup c’est une vision qui ressemble beaucoup à celle des grandes villes qui ont avancé sur le sujet. Mais les grandes villes dont j’ai parlé en début d’article ont toutes un seul centre historique et touristique. Or, les parisiens n’ont pas un rapport à leur ville qui consiste à se balader dans un seul centre qui serait précisément les 1, 2, 3, 4. En réalité il y a de très nombreux quartiers parisiens qui devraient devenir piétons. Je pense évidemment à Montmartre dans le 18ème. Mais je peux citer aussi le quartier latin. Le quartier Saint Germain des Prés. Le quartier de la butte aux cailles. Le quartier Gaité Montparnasse. Le quartier convention dans le 15ème, le quartier de Passy dans le 16ème. Le quartier de la Fourche dans le 17eme. Le quartier de l’Olive, de la place Clichy, Amiraux, Damrémont ou du Poteau dans le 18ème , le quartier de la rue des Martyrs dans le 9ème, les rues autour de la rue du Fbg Saint Denis dans le 10ème, la Bastille et Oberkampf dans le 11ème, le secteur Aligre dans le 12ème , les buttes Chaumont dans le 19ème ou la Réunion dans le 20ème. Il y a des rues à piétonniser dans tout Paris parce que les parisiens vivent et sortent dans tout Paris. D’ailleurs Anne Hidalgo avait dans son programme de 2014 l’idée de piétonniser un secteur par arrondissement en début de mandature. Quid de sa réalisation ? Il est toujours étonnant de faire de la communication pour préempter l'avenir quand on a pas su avancer au présent ! 

 

Pour tout habitant qui a pris plaisir à se promener à Lyon, Bordeaux… il y a un spectacle édifiant à sortir le soir rue Mouffertard, rue Norvins, rue des Francs Bourgeois, rue de la Gaité, rue Oberkampf, rue de Buci ou Saint André des Arts avec des trottoirs très étroits de moins de 1m et des voitures qui fendent les foules.

 

Alors oui il faut que le mode de déplacement préféré des parisiens, la marche à pied trouve enfin sa juste place comme l’ont fait toutes les grandes villes françaises.

 

Si je suis un fervent défenseur et depuis longtemps de la piétonisation de Paris, je veux réitérer ici une proposition que j’avais déjà eu l’occasion de faire dans des interventions au conseil de Paris. Je propose que nous généralisions de très nombreuses zones piétonnes là où les parisiens sortent faire leurs courses à pied et là où ils aiment sortir le soir mais en inventant les zones à deux temps. En fait le mode serait celui de Paris Respire mais en le rendant quotidien. De très nombreuses villes touristiques ont fait ce choix en province. Je pense à La Rochelle ou autre exemple à Piriac (44) par exemple. Le principe consiste à laisser l’activité économique et notamment les livraisons pouvoir se faire de 6h à 15h30 et de fermer ces rues à la circulation automobile de 15h30 à 6h du matin. Les commerçants pourront continuer à être livrés. Les parisiens seront libérés de la cohabitation impossible avec des véhicules qui prennent une part considérable de l’espace public.

Rappelons qu’encore aujourd’hui plus de 90% de la voirie parisienne et de l’espace public est dédié à la circulation et au stationnement automobile, alors même que 60% des déplacements sont des déplacements piétons et qu’un parisien sur deux ne possède pas de voiture.

 

Alors oui osons avoir un temps d’avance en matière de piétonisation parce que le retard est énorme mais n’inventons pas une réserve de bobos au centre mais au contraire piétonnisons les secteurs où les parisiens font le choix d’eux même de sortir massivement le soir.

 

 

 

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article