Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

Le blog de Didier Guillot

Bonjour et bienvenue ! Ce blog est mon espace d'expression et d'échange politique. Il me permet de rendre des comptes de mon mandat de conseiller de Paris du 18ème arrondissement délégué à l'enseignement supérieur, la recherche et la vie étudiante et Président de Paris & Co et de l'EIVP. Adhérent de l'UDE et de En Marche je suis membre du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendant. Ce blog me permet également de commenter notre actualité politique nationale et parisienne.N'hésitez pas à réagir, à partager et à participer ! De gauche. Réformiste. Européen. Libéral. Ecologiste. Démocrate.

Intervention en Conseil de Paris - Subvention à l'AFEV

com

La Ville de Paris a engagé une expérience particulièrement enrichissante avec le projet KAPS porté par l’association AFEV. Le projet KAPS consiste à permettre à des étudiants qui s’engagent dans l’aide et le soutien scolaire dans des quartiers en difficulté d’être logés en colocation solidaire dans des résidences du CROUS. Ces projets KAPS avaient eu l’occasion de se développer dans d’autres villes, Poitiers, Nantes, Toulouse et bien d’autres et depuis plus de 3 ans ils ont débarqué à Paris. Dans le 18ème d’abord et désormais dans le 13ème. L’AFEV est une association qui combat depuis plus de 20 ans l’échec scolaire dans les quartiers difficiles en mobilisant les étudiants. L’échec scolaire dans les quartiers difficiles est sans aucun doute un des pires vecteurs d’inégalités. L ’inégalités scolaire qui en découle est la première et la plus durable des inégalités comme le souligne l'article de cet après-midi publié dans le Monde. Au sein de cet engagement, c’est bien sûr la maîtrise de la langue et le rapport à la lecture qui s’avèrent les facteurs les plus discriminants et ce dès la fin de la maternelle ou au CP.

La ville de Paris et le 18ème arrondissement ont ainsi tenté cette expérience en commençant par 5 kapseurs à la Chapelle. Je veux ici saluer la démarche d’expérimentation qui devrait d’ailleurs irriguer bien d’autres politiques publiques locales comme nationales. Et c’est bien parce que cette expérience a été concluante que ce projet va se développer et essaimer. Nous passons à 20 kapseurs dans le 18ème et 34 dans le 13ème et dans quelques mois ce sera encore plus avec l’ouverture d’une grande résidence rue Philippe de Girard. Les parents d’élèves, les écoles et collèges des quartiers Goutte d’Or ou Chapelle ont pu apprécier cet engagement au quotidien d’étudiants créant du lien, du liant et du lisant. Dans quelques mois ce sont des dizaines et des dizaines de kapseurs qui pourront agir dans le 18ème et le 13ème . Au vu de la localisation des deux résidences dans le 18ème, ils vont pouvoir irriguer d’autres quartiers parisiens, je pense au 10ème, 11eme, 14eme, 19eme et 20ème arrondissements. Ces étudiants sont ainsi en passe de devenir les vigies de l’égalité dans nos quartiers populaires en se concentrant sur l’accompagnement vers la lecture.

Avec le soutien au projet KAPS, la ville de Paris favorise l’engagement bénévole dès le plus jeune âge. La ville de Paris participe à une forme nouvelle d’engagement réciproque. Elle s’attaque à la racine de la pire des inégalités, celle qui opère un tri beaucoup trop rapide chez des enfants qui doivent avoir la même opportunité des possibles au départ. En soutenant le projet KAPS nous donnons une nouvelle chance à de très nombreux petits parisiens de mieux accéder à la langue et à la lecture et ainsi de pouvoir ensuite s’accrocher à un futur parcours scolaire, voire universitaire parce que la réussite ne saurait être interdite aux quartiers populaires.

Je vous invite donc à voter cette délibération.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article